Agro-environnementAgriculture

Communiqué de presse

Algentech réalise une première mondiale en génomique végétale

 

ALGENTECH, entreprise spécialisée dans l’édition du génome végétal, annonce avoir transformé pour la première fois au monde le génome mitochondrial du cotonnier en introduisant des séquences inductrices de la stérilité mâle cytoplasmique. La société franchit ainsi un pas important pour l’amélioration variétale du coton.

biotech info articles coton recadré

Accompagnée par le biocluster Genopole (Evry) et conduisant ses activités de R&D au centre INRA de Versailles, Algentech  annonce avoir fait sauter un verrou technologique majeur en recherche végétale appliquée, en transformant le génome mitochondrial du coton avec des séquences d’ADN de pétunia naturellement capables d’induire la stérilité mâle cytoplasmique.

Cette opération de génétique moléculaire trouve des applications dans l’obtention de variétés hybrides. Le croisement de plants de coton mâles stériles avec des plants fertiles, via la pollinisation naturelle des abeilles, conduit à l’obtention de semences hybrides dotées d’une grande vigueur hybride. Les variétés ainsi créées présentent de meilleurs rendements et des résistances à certains pathogènes.

Il était jusqu’à présent nécessaire d’effectuer plusieurs générations de croisements à partir de variants éloignés génétiquement pour produire des plants mâles stériles de bonne valeur agronomique. Cette opération pouvait prendre jusqu’à plusieurs décennies de cultures successives. L’avancée technologique d’Algentech constitue une première mondiale qui a le potentiel de réduire d’un facteur 10 le temps nécessaire au développement de semences hybrides.

Alexander Sorokin, président d’Algentech  déclare que « Cette réalisation prouve que nos technologies de rupture trouvent des applications concrètes dans l’amélioration des espèces cultivées et répondent aux exigences de nos partenaires semenciers notamment dans la région Asie ».

Pour Isabelle Malcuit, directeur scientifique de la société : « Cette nouvelle technologie a le potentiel de révolutionner le marché des semences hybrides. Nous offrons la possibilité aux semenciers d’accélérer le développement de variétés hybrides et de tester différents modèles de CMS (Cytoplasmic male sterility). Cette réalisation conforte notre stratégie qui s’appuie sur un portefeuille de brevets propriétaires ».