La société grenobloise SynapCell, l’un des leaders mondiaux dans l‘étude par EEG de l’épilepsie, élargit son offre à la psychiatrie ou aux maladies neurodégératives La crise épileptique se traduit par une décharge (de type sismique) de 10 à 20 secondes dans la zone du cerveau. SynapCell utilise des électrodes pour enregistrer des EEG (électroencéphalogrammes) de ces dysfonctionnements électriques. « Nous utilisons les caractéristiques de ces décharges électriques pour permettre aux industriels de développer de nouvelles thérapies pour les corriger» explique Yann Roche, le directeur général, co-fondateur de Synapcell avec Corinne Roucard. Tous deux sont docteurs en biologie et entourés d’une dizaine de chercheurs. . « Nous développons des modèles sur des rongeurs pour trouver des médicaments aux maladies qui touchent le cerveau. L’activité électrique du cerveau est conservée de l’homme au rongeur, ainsi nous réunissons des facteurs puissants pour être prédictifs. L’essentiel est de bien positionner les électrodes afin d’identifier des signatures suffisamment dynamiques pour tester des médicaments avec une précision statistique suffisante» ajoute-t-il. Depuis dix ans, la stratégie de la société a visé à devenir leader dans le domaine de l’épilepsie. […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €