Santé humaine

Communiqué de presse

Elsalys Biotech conclut avec Thea une option de licence sur son programme ELB011 en ophtalmologie

Elsalys Biotech, nouvel acteur de l’immunooncologie française, a signé le 22 février avec Thea un accord d’option de licence pour le développement de son programme ELB011 en ophtalmologie.

L’option porte sur le développement clinique (prévu à partir de 2020) et la commercialisation d’ELB011, un nouvel anticorps first-in-class dans le traitement de la DMLA humide et d’autres pathologies vasculaires rétiniennes. Cet anticorps ayant démontré un effet anti-angiogénique sur la formation de néo-vaisseaux sanguins à l’origine de certaines pathologies rétiniennes dont la DMLA  (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Le mécanisme d’action innovant d’ELB011 permet d’envisager son développement en monothérapie ou en combinaison avec les anti-VEGF, le standard actuel de traitement de ces pathologies, dont l’efficacité peut devenir limitée sur le long terme.

Jean-Frédéric Chibret, Président des Laboratoires Théa déclare : « Avec ce programme, Thea vise à compléter son portefeuille de développement en ophtalmologie dans les pathologies vasculaires rétiniennes. L’accord de licence prévoit un paiement initial à la signature, des paiements d’étape et des redevances sur les ventes. La levée de l’option pourrait intervenir d’ici fin 2018. Dans notre partenariat, Elsalys Biotech restera en charge des premières étapes du développement préclinique et en particulier la production des lots pour l’étude de toxicologie et l’essai clinique. Thea prendra en charge le développement clinique complet et la commercialisation en ophtalmologie. »

« La preuve de concept obtenue chez l’animal démontre l’efficacité de notre anticorps sur une nouvelle cible first-in-class en ophtalmologie et souligne donc son potentiel  thérapeutique. Le candidat médicament ELB011 ouvre désormais de nouvelles perspectives thérapeutiques pour les patients atteints de pathologies vasculaires rétiniennes, dont il faut rappeler qu’au moins 30% d’entre eux ne répondent pas au traitement standard avec les anti-VEGF. De plus cette nouvelle approche est pleinement compatible en principe en association avec les standards de thérapie»ajoute Jacques Mizrahi, VP R&D d’Elsalys Biotech, société dirigée par Christine Guillen.