Créée en 2005 à Strasbourg, la société Alsachim est vite devenue un “incontournable” du suivi des molécules médicamenteuses. Fin 2017, elle assurait son essor international futur en intégrant le groupe japonais Shimadzu, pionnier des instruments nécessaires à l’analyse de ses molécules. Ensemble, ils envisagent désormais aussi des applications “clés en main” dans l’agro-alimentaire et l’environnement. En 2005, deux ex-étudiants de l’Université de Strasbourg, Jean-François Hoeffler (docteur en chimie organique) et Toufik Fellague (DESS en biochimie), décident de se lancer dans la synthèse de molécules médicamenteuses marquées aux isotopes stables. Le principe est d’y substituer plusieurs atomes par l’un de ses isotopes stables pour pouvoir ensuite suivre ces molécules marquées ou taguées (voir encadré). Le Prix Nobel Jean-Marie Lehn les encourage alors d’un « Allez-y, foncez ! » et leur loue un laboratoire dans son laboratoire de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires de Strasbourg où ils synthétisent leurs premières molécules marquées par des isotopes stables comme le carbone 13, l’azote 15 ou le deutérium, un isotope de l’hydrogène. L’activité de la toute jeune société Alsachim ne passe pas inaperçue : […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €