La start-up Aryballe Technologies à Grenoble veut produire des nez électroniques pour l’anosmie d’ici 2016. Une cinquantaine d’autres applications devraient suivre. « L’idée est venue en juillet 2013. Je suis allé chercher le projet de nez électronique au CEA-Leti: c’est un projet de chimie-biologie, à l’interface moléculaire, plus mature que les projets proposé au MIT […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €