A l’origine du traitement cellulaire contre l’insuffisance cardiaque le plus avancé du marché, CellProthera a obtenu une subvention européenne H2020. Très sélective, la phase II du programme Instrument PME est dotée de 5 M€ maximum pour la santé. La start-up mulhousienne compte ainsi poursuivre son développement au niveau européen et international.

La subvention Horizon 2020 (H2020) a pour objectif de porter plus loin les idées et les innovations au service du monde de demain. Le projet CellProthera a été évalué par des experts sur la base de trois critères : l’impact de la solution présentée, « l’excellence » de l’innovation et sa « qualité et efficacité de mise en œuvre ». Ainsi, CellProthera a obtenu une note globale de 14.18/15 qui démontre l’avancée de son processus et sa réussite.

Cette subvention de 5 M€ sera dédiée à la préparation et au démarrage du prochain essai clinique de phase 3 de CellProthera, au niveau européen.   Un essai multicentrique qui va lui permettre d’accélérer la mise en œuvre d’une plateforme de production répartie sur plusieurs centres GMP en Europe. Cette plateforme sera capable de couvrir plusieurs zones géographiques et fournir très rapidement le produit de thérapie cellulaire – ProtheraCytes®-  aux plusieurs dizaines de centres hospitaliers prévus pour participer à la phase 3.

 L’essai clinique en cours de phase I/IIb compte deux centres de production GMP équipés et formés aux automates StemXpand® de CellProthera : l’Etablissement Français du sang (EFS) de Nantes / ABG en France et le Newcastle Cellular Facilities Center for Life à Newcastle, en Angleterre.  Ils fournissent en ProtheraCytes® les 7 centres hospitaliers actuellement opérationnels dans ces deux pays. 5 centres hospitaliers français participent à l’étude clinique : CH de Toulouse, CHU de Bordeaux, CHU de Grenoble, Hôpital Jacques Cartier – Massy, CHU de Montpellier, et deux centres hospitaliers anglais, Leeds Teaching Hospitals NHS Trust et le Royal Infirmary of Edinburgh.

Un centre de production GMP a également été équipé et formé à Singapour dans la perspective de participer à une étude locale de Phase I non randomisée qui prévoit de traiter 10 nouveaux patients et de démontrer la sécurité et la réussite de la thérapie aux autorités locales.