Constantin Agouridas,  directeur des programmes de la Fondation de la Maison de la Chimie
Constantin Agouridas,
Directeur des programmes et des projets de la Fondation de la Maison de la Chimie

La Fondation Internationale de la Maison de la Chimie, dans le cadre de sa mission et de sa volonté de permettre l’accès à tous, et notamment aux jeunes, à la connaissance et à la compréhension des plus récents apports des Sciences à la Société et à la place qui y est tenue par la Chimie, organise depuis plusieurs années maintenant une série de colloques dits « CHIMIE ET… . Après Chimie et Energie, Chimie et Nature, Chimie et Santé, etc, ce colloque Chimie et Cerveau est le douzième.

Des experts scientifiques universitaires et industriels de haut niveau interviennent dans des conférences plénières et des tables rondes toute une journée ; l’auditoire lui, est généralement compose, à tiers égaux, d’élèves du secondaire et d’ enseignants, de scientifiques venant des institutions publiques comme privées et du grand public désireux d’apprendre.

L’ensemble des conférences est capté et enregistré en vidéos téléchargeables gratuitement sur le site de la Fondation, consultables dans les semaines qui suivent.

Les conférences de ces colloques donnent lieu à la rédaction d’un ouvrage, dans la Collection intitulée Chimie et …, éditée par EDPsciences, vendu quelques mois plus tard sur Internet et en librairies. Simultanément, une version électronique vient nourrir et enrichir le site gratuit de Mediachimie (www.mediachimie.org), conçu et monté par la Fondation, en partenariat avec EDP science et le Réseau Canope et en étroite coopération avec l’IPGEN et l’UIC (Union des Industries Chimiques).

Le contenu de ces ouvrages est adapté par des scientifiques de haut niveau afin d’être accessible et attractif pour le lecteur de tout niveau, à partir du lycée.

Mais les jeunes collégiens doivent, eux aussi, être sensibilisés aux merveilles des sciences et de leurs applications, ainsi qu’à l’intérêt et à la diversité des métiers qui y sont associés Dans ce but est née une nouvelle collection dite « chimie et juniors » dont vient de sortir le premier ouvrage sur la chimie et le sport ; le second sur la chimie et les technologies de l‘information et de la communication sortira en avril 2015. Cette nouvelle collection, dont le contenu est testé sur le plan de la compréhension comme sur le plan de l’attractivité ludique auprès de collégiens, a pour objectif d’être un outil ludique d’aide à l’éducation scientifique et à l’orientation, au service des familles et des enseignants.

Le colloque sur la « chimie et le cerveau » qui a eu lieu le 12 novembre dernier a réuni 1200 participants, ce qui manifeste indiscutablement le grand intérêt du public pour cette machine exceptionnelle qu’est le cerveau, non seulement en ce qui concerne sa création, son adaptation, son fonctionnement au quotidien, mais aussi son dérèglement dans des pathologies qui nous concernent tous comme la dépression, la maladie d’ Alzheimer et celle de Parkinson. La douleur et l’addiction ont aussi fait l’objet de présentations et discussions intenses.

La journée qui a fait intervenir environ quinze experts du domaine public comme privé, a été introduite par une conférence plénière du Pr Jean-Pierre Changeux et clôturée par le Pr Michel Lazdunski, tous deux membres de l’Académie des Sciences. Le premier a expliqué les extraordinaires progrès de ces dernières années dans la connaissance de la chimie du cerveau et les perspectives nouvelles et déjà réussies que cela ouvre dans la conception des médicaments. La conférence du professeur Michel Ladzunski a été à la fois un magnifique message d’espoir et une terrible mise en garde. Un message d’espoir car il a fait la synthèse dans le domaine de la pharmacologie moléculaire et cellulaire des formidables avancées des connaissances dans la compréhension du système nerveux et de ses maladies. Une terrible et courageuse mise en garde sur le fait que cette avalanche ne s’est pas encore concrétisée par la mise au point sur le marché de médicaments nouveaux et tellement attendus Il en a analysé les raisons liées à la fois à l’aspect financier et au principe de précaution

Une table-ronde, animée par le Pr Bernard Meunier et consacrée à l’exploration du cerveau pour en comprendre le fonctionnement, a laissé place aux débats sur les outils dont on dispose aujourd’hui, en particulier, l’imagerie moléculaire.

L’auditoire a été sensibilisé à la manière dont de toutes petites molécules chimiques comme la sérotonine ou la dopamine assurent l’éveil du matin, la vigilance, le tonus et la communication de parties du cerveau, à travers de mécanismes certes compliqués mais qui reviennent simplement à un jeu à « effet domino ».

Les deux sessions de l’après midi ont été consacrées aux pathologies du cerveau et à leur traitement.

L’une a été dédiée à la compréhension du vieillissement cérébral normal et pathologique dans lesquels les phénomènes d’agrégation de protéines jouent un rôle clé. La compréhension à l’échelle moléculaire de ces phénomènes d’agrégation et de propagation permet de concevoir de manière raisonnée de nouveaux outils thérapeutiques.

L’addiction et la dépression 

L’autre a été consacrée à deux types de pathologies psychiatriques particulièrement importantes dans notre société actuelle. L’addiction a été expliquée à partir de deux exemples d’actualités : l’addiction aux opiacées (morphine et héroïne) et l’addiction à la nicotine. Ces études ont permis de découvrir des processus fondamentaux du fonctionnement cérébral qui ouvrent la voie à de meilleurs traitements de maladies neurologiques et psychiatriques. Quant à la dépression, l’amélioration de la connaissance des neuromédiateurs cérébraux et de leur mécanisme d’action a amélioré les traitements anti dépressifs grâce à la mise au point de molécules plus spécifiques. De nouvelles cibles sont en cours d’étude qui, si elles sont maîtrisées, pourraient révolutionner la prise en charge de la dépression.

Une prise de conscience collective a été ressentie dans l’audience sur la capacité du cerveau à s’adapter à son environnement et sur le rôle des éléments chimiques qui l’entourent et que l’on peut trouver pour l’essentiel dans l’alimentation. Les experts appellent cette adaptation le « principe de plasticité du cerveau ».

Cette plasticité explique que le cerveau très tôt s’adapte et se développe grâce aux messages qu’il reçoit en particulier à travers le corps, ses mouvements et les stress ressentis. Cette démonstration scientifique confirme aujourd’hui l’adage : « un esprit sain dans un corps sain »

 Le constat a été clair.

 Les avancées récentes des recherches dans ce vaste domaine des neurosciences dont la chimie est l’un des maîtres d’œuvre avec la physique, la biologie, la médecine, l’informatique… dans un travail transversal, sont spectaculaires et mobilisent des milliers de chercheurs de par le monde.

 Certains verrous sociétaux et politiques, en particulier sur le « principe de précaution », devraient évoluer afin de permettre aux chercheurs de nous amener de nouvelles solutions thérapeutiques en relation avec le dysfonctionnement du cerveau dans des pathologies qui nous touchent, nous, comme nos proches.

A suivre….

TRIBUNE LIBRE de Constantin Agouridas

Le colloque Chimie du Cerveau est accessible en vidéo.

Screen Shot 2014-12-23 at 13.24.37