Medtech

Édito

La cosmétique, joyau de l'industrie française

 

 

Benjamin Griveaux, le secrétaire d’Etat auprès du Ministère de l’Economie et des Finances a inauguré le 18 octobre le salon Cosmetic 360 qui a connu une fréquentation en hausse de près de 11 % cette année. Soit 4500 visiteurs venus au Carrousel du Louvre pour la troisième édition de ce salon international qui représente tous les grands noms de de la parfumerie et de la cosmétique françaises mais également les PME innovantes. Placé sous le signe de l’innovation, ce salon fait désormais partie des grands rendez-vous mondiaux d’une filière en forte croissance sur un marché mondial estimé à 401 milliards d’euros en 2016 (source Euromonitor) : le nombre de consommateurs de produits cosmétiques devrait augmenter de 40% pour atteindre 6,3 milliards d’ici 2030. Un challenge pour la France qui entend conserver sa place de leader mondial et qui arborait cette année « l’innovation pour étendard et l’international pour horizon ». Après avoir été l’invitée d’honneur du salon international de Shanghaï en 2017, la Cosmetic Valley recevait avec égard la délégation chinoise venue en nombre (200 personnes), un China Good Product Summit s’inscrivant dans le cadre du salon le 18 octobre. Lors de son inauguration, très protocolaire, un représentant chinois a insisté sur l’ouverture ce jour-là  du 19ème congrès du Parti national communiste chinois, congrès qui s’est conclu par la reconduction du mandat de Xi Jinping pour 5 ans. En présence de Jean-Marc Jamet, président de Cosmetic Valley et de Jean-Luc Ansel, son fondateur et directeur, cette personnalité a déclaré « la France a mis une centaine d’année pour devenir le leader mondial de la cosmétique et la Chine entend bien devenir son élève pour la rattraper».

Le 19 octobre, avait lieu également le Sommet mondial des clusters pour l’innovation cosmétique (WICCS) qui rassemble 18 clusters. L’occasion pour CBB Capbiotek et le cluster de Madagascar de rejoindre avec fierté le CCIN (Cosmetic Clusters International Network). Autre événement notable : le lancement du projet européen C4W (Cosmetic for Welbieng) qui démarrera en 2018 (sur 18 mois) dans l’objectif de créer un consortium autour de 5 clusters européens pour soutenir l’internationalisation de leurs réseaux respectifs.

Dans l’île de Kiushu au Japon où se situe le cluster de Karatsu fleurissent les citrus et les camélias dont sont extraites les essences utilisées notamment par Shiseido. Le tiaré, fleur emblématique de la Polynésie française, embaumait dans tout le salon, distribuée à  l’envi par des membres du cluster Tahiti Fa’ahotu cher à  Jean-Luc Ansel, président de France Cluster, qui a lancé le concept de Cosmétopée pour le sourcing de matières premières à partir de ressources botaniques issues de savoir-faire traditionnels et ancestraux.

Sur l’espace innovation, où étaient rassemblés trente start-up, les chercheurs de l’Université de Polynésie ont pu tester avec grand intérêt le nez électronique d’Aryballe Technologie, un dispositif de la taille d’un smartphone pourvu de capteurs olfactifs capables d’aspirer n’importe quelle odeur, en l’occurrence celles de la fleur de tiaré et de la vanille polynésienne, et d’identifier via un algorithme les composantes de  signature olfactive en 30 secondes. L’entreprise grenobloise a reçu le premier prix des 5 Awards Innovation de Cosmetic 360.