Photobioréacteurs de Microphyt (Photo Vermel Erwan) « La microalgue Dunaliella salina croît naturellement dans les salines du Languedoc-Roussillon qu’elle colore en rouge, ainsi que les ailes des flamands roses. Son nom vient de Michel Félix Dunal qui l’a décrite au milieu de 19ème siècle. Il était responsable de l’école de botanique et des jardins de Montpellier avant d’entrer à l’Académie française » explique Arnaud Muller-Feuga qui a créé la société Microphyt à Baillargues après avoir été directeur de recherche à l’Ifremer.Depuis 2010, il a développé la production de variétés plus fragiles que Dunaliella salina. « L’autre régionale de l’étape, c’est Ostreoccocus tauri qui tient son nom de l’étang de Thau où elle a été isolée. Une future star des microalgues car il s’agit en fait d’un système d’expression qui présente un génome très petit et compact (12 Mb et 85% codant), ce qui est remarquable pour un eucaryote. Une bête de course en matière génétique, à qui on va faire produire des molécules d’intérêt industriel. Après avoir cultivé avec succès trois algues : Dysmorphococcus globusus, Neochloris oleaoabundans et Porphyridium cruentum pour des applications pharmaceutiques […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €