La start-up montpelliéraine Phost’in développe un candidat médicament contre le glioblastome, tumeur cérébrale la plus fréquente. Depuis plus d’une dizaine d’années, un consortium académique montpelliérain est à l’origine de la découverte et du développement d’une famille de molécules, les phostines. Un premier composé a été sélectionné pour traiter le glioblastome, maladie rare pour laquelle l’espérance de vie reste très réduite (15 à 18 mois) en dépit des traitements existants. 53 000 cas par an sont pourtant recensés dans le monde. Créée en novembre 2014, la start-up Phost’in réalisera dans la foulée sa première levée de fonds, afin d’amener une première molécule en clinique pour 2017. « Notre objectif est d’explorer cette famille de molécules innovantes, les phostines, et leur mode d’action. Plusieurs centaines de composés ont déjà été synthétisés. La molécule la plus avancée a démontré des effets antitumoraux chez l’animal, et les tests cliniques sont prévus pour débuter en 2017 » indique Karine Chorro, co-fondatrice et CEO de Phost’in. Cette diplômée HEC, qui a fait toute sa carrière dans des start-up (Genepep, BioRéalités notamment), est venue renforcer l’équipe originale du […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €