MedtechBioinformatique

Article

Une nouvelle gouvernance pour Ad Scientiam : Matthieu Lamy nommé président d’Ad Scientiam pour conduire le développement de l’entreprise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Partager sur reddit
Partager sur tumblr
Partager sur pinterest

Paris, le 6 janvier 2022 – Matthieu Lamy devient le président d’Ad Scientiam, société pionnière des biomarqueurs digitaux. Il connaît bien l’entreprise qu’il a intégrée il y a cinq ans pour développer le marché américain avant d’en devenir le directeur général en 2020. Il prend aujourd’hui la tête d’une entreprise en pleine évolution qui a l’ambition de devenir leader international des biomarqueurs digitaux dans le suivi des maladies graves et invalidantes. Il est épaulé par le Dr Saad Zinaï en qualité de directeur médical et par une équipe de managers expérimentés.

Créée en 2013, Ad Scientiam conçoit, valide et met en œuvre des biomarqueurs digitaux qui mesurent en continu et en vie réelle l’évolution de maladies graves et invalidantes. Pour cette société de medtech, le suivi en continu et en vraie vie de mesures physiologiques et comportementales est essentiel pour une meilleure prise en charge des patients.

La conception et la validation clinique de biomarqueurs digitaux permettent de rendre visibles des évolutions de la maladie jusqu’ici indétectables. Ces biomarqueurs sont issus de données collectées en continu via un outil digital, le smartphone du patient par exemple, et transformées par des algorithmes propriétaires. Leur exploitation permet à Ad Scientiam de mettre à disposition des solutions innovantes, simples d’utilisation et intuitives. Ainsi, l’entreprise a développé MSCopilot®, premier et seul dispositif médical logiciel marqué CE, pour l’auto-évaluation des patients atteints de Sclérose en Plaques (SEP) en vie réelle. MSCopilot®, qui compte aujourd’hui plus de 3 500 utilisateurs, est également utilisé dans plusieurs études cliniques.

« Nous voulons être utiles, dès aujourd’hui, au plus grand nombre de personnes malades. Pour elles, en tant que pionnier des biomarqueurs digitaux, nous nous fixons des objectifs ambitieux, que nous poursuivons sans relâche. Notre obsession : obtenir rapidement des résultats, car nos avancées scientifiques et technologiques n’ont de sens que si elles sont partagées vite et largement » explique le nouveau président d’Ad Scientiam. Diplômé d’HEC Paris, Matthieu Lamy a une expérience internationale de structuration d’entreprises. Pendant près de dix ans, son parcours professionnel l’a amené à conseiller de grands groupes internationaux sur la mise en place de projets de réorganisation, de transformation digitale et d’accélération de startups notamment dans le secteur de la santé en Europe et aux Etats-Unis.

En succédant au fondateur, Liouma Tokitsu, Matthieu Lamy a une feuille de route ambitieuse pour Ad Scientiam : accélération du développement à l’international, accès au remboursement pour les dispositifs médicaux déjà sur le marché et lancement de nouveaux partenariats. Il s’est entouré d’une équipe multidisciplinaire d’une quarantaine de personnes et travaille en collaboration étroite avec son associé de longue date, le Dr Saad Zinaï, directeur médical d’Ad Scientiam. « Nous aidons les personnes atteintes de maladies graves et invalidantes à mieux comprendre et suivre leur maladie. Nous ouvrons, pour les professionnels de santé, la voie d’une prise en charge plus individualisée, donc plus efficace. Nous accélérons le développement de futurs traitements et réduisons l’impact sociétal et économique des maladies. » complète ce dernier.

 

 

Matthieu LamyA picture containing person, person, outdoor, standingDescription automatically generated

 

 

–           Chief Executive Officer Ad Scientiam

–           Chief Operation Officer/US VP Ad Scientiam

–           Stanwell Consulting

–           Oneida Associés

–           PricewaterhouseCoopers (PwC)

–           HEC Paris

 

A propos d’Ad Scientiam

Au cœur du projet d’Ad Scientiam se trouve une conviction : mesurer l’évolution des maladies graves et invalidantes en continu et en vie réelle est indispensable à une meilleure prise en charge.

Nous rendons visibles ces évolutions, jusqu’ici indétectables, par la conception et la validation clinique de biomarqueurs digitaux. Ces derniers sont issus de données collectées via un outil digital comme le smartphone, et transformées par des algorithmes propriétaires.

Ce pari scientifique et technologique doit permettre aujourd’hui à chaque patient d’être acteur de sa maladie et aux professionnels de santé de proposer une prise en charge plus individualisée, donc plus efficiente. Ad Scientiam participe ainsi au développement de futurs traitements et à la réduction de l’impact sociétal et économique des maladies.

Grâce notamment à notre certification ISO 13485, nos biomarqueurs sont destinés à devenir de nouveaux standards cliniques internationaux.

Des institutions hospitalières comme l’Institut du Cerveau (ICM) et des laboratoires pharmaceutiques comme Biogen, Janssen, Roche, Pfizer, Vertex et Novartis nous ont déjà fait confiance.

En 2018, Ad Scientiam a lancé MSCopilot®, le premier et seul dispositif médical logiciel marqué CE pour l’auto-évaluation des malades atteints de sclérose en plaques. De nouveaux dispositifs sont en cours de validation dans les neurosciences, les maladies rares et les troubles mentaux. 

Pour en savoir plus, suivez notre page LinkedIn ou la page Facebook Ad Scientiam, ou visitez le site adscientiam.com.

 

A propos des biomarqueurs digitaux

Les biomarqueurs digitaux sont des mesures physiologiques et comportementales validées cliniquement, générées par les patients, collectées à partir d’appareils numériques (le smartphone en priorité pour Ad Scientiam) et traitées par des algorithmes. Ces données objectives et cliniquement significatives permettent d’expliquer, influencer et / ou prédire l’évolution de certains paramètres cliniques.