Non classé

Actualité

CRISPR Cas 9 repousse les lignes bioéthiques

  En matière de biomédecine, le consensus éthique n’est plus acquis. CRISPR Cas 9 est passé par là. Il aura suffit de démontrer que des applications du génie génétique, considérées jusqu’à présent comme irréalisables, étaient à portée de pipette, pour que l’édifice bioéthique vacille. En simplifiant la réalisation de modifications ciblées du génome des organismes vivants, la technologie d’édition génomique CRISPR Cas 9 introduit de nouvelles questions éthiques. Les plus flagrantes concernent la médecine, où l’édition des génomes facilite la mise en œuvre de concepts telles que les thérapies cellulaires à l’aide de cellules transformées, comme les CAR T-cells, les thérapies géniques somatiques mais aussi la production de lignées cellulaires pour les greffes ou la culture d’organes in vitro. La plupart de ces approches ne soulève pas de questions particulières. Pour la thérapie génétique somatique, la modification ciblée de gènes ne diffère pas sur le plan éthique d’autres types de thérapie génétique comme le saut d’exon dans la myopathie de Duchenne. Mais l’efficacité et la spécificité de CRISPR Cas 9, et de ses technologies dérivées, ouvrent la porte aux thérapies […]

Accès restreint

Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour lire la suite

Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous

S'abonner Acheter 4.99 €